Quelles assurances pour un crédit immobilier ?

11/07/2011

Les assurances couvrant les crédits immobiliers sont de deux types : l’assurance Décès Invalidité Incapacité de Travail, en pratique obligatoire (sauf de rares exceptions), et l’assurance chômage, qui elle est facultative. Il existe également d’autres types d’assurance pour votre crédit immobilier comme l’assurance revente ou encore l’assurance loyés impayés.

L’assurance décès invalidité

Elle couvre les risques de décès, invalidité permanente et totale (parfois l’invalidité partielle) et l’incapacité temporaire totale de travail. Elle est rendue obligatoire par les établissements prêteurs, mais d’autres solutions peuvent exceptionnellement être trouvées pour les personnes non assurables car trop âgées ou atteintes de maladie grave : il s’agit notamment du nantissement de placements ou de contrats d’Assurance Vie.

L’âge limite de souscription s’établit entre 60 et 65 ans selon les contrats, et la couverture porte jusqu’à 70 ans, voire 75 ans dans certains cas avec une tarification spéciale. Au delà de 60 ans, seuls le décès et l’invalidité totale sont en général pris en charge.

Vous pouvez partager la couverture d’assurance entre les deux co-emprunteurs, en vous basant par exemple sur la contribution de chacun aux revenus du ménage : ainsi, en cas de maladie ou décès d’un des deux, la quotité assurée sur sa tête sera prise en charge par l’assurance. Vous pouvez également vous assurer à hauteur de 100 % chacun, ce qui par contre doublera la cotisation.

NB : Au delà d’un certain montant global assuré auprès d’une même compagnie d’assurance, pour une seule ou plusieurs opérations immobilières, attendez-vous à devoir fournir un certain nombre d’analyses et rapports médicaux. Ces formalités peuvent entraîner un délai dont vous devrez tenir compte pour la mise en place de votre financement.

Nous vous conseillons : Si le contrat d’assurance proposé par l’établissement prêteur ne vous satisfait pas, au niveau des garanties offertes (notamment pour certaines professions dites à risques) ou tout simplement au niveau du coût, vous pouvez proposer une délégation de contrat émanant d’une autre compagnie d’assurance. Certaines compagnies pratiquent en effet des tarifs préférentiels (par exemple pour les jeunes, les fonctionnaires ou pour les professions médicales), ou des contrats adaptés pour les professions à risques, telles que les militaires. Mais attention, ce n’est pas toujours accepté facilement par l’établissement prêteur.

Vous pouvez par exemple consulter les spécialistes de l’assurance pour obtenir les meilleurs tarifs du marché :

Si vous êtes un junior (vous avez moins de 45 ans) :
L’expertise d’un spécialiste de l’assurance prend en considération votre profil ainsi que les attentes des établissements financiers (garanties, quotité) dans l’unique but de vous faire réaliser d’importantes économies. Ils pourront vous faire  un audit de votre demande avant de sélectionner la Compagnie d’assurance la plus compétitive.

Prenons l’exemple d’une personne de 30 ans empruntant un capital de 152 450 euros sur 15 ans; l’assurance groupe de la banque pour un taux de 0.40% du capital emprunté représentera un coût total de 9 147 Euros, alors qu’un contrat individuel sélectionné par le courtier en assurance permettra d’obtenir, pour les mêmes garanties, une tarification totale de 3 430 Euros correspondant à un taux de 0,147% du capital emprunté, soit une économie de 5 717 Euros.

L’assurance chômage

Facultative mais néanmoins systématiquement proposée, il peut être judicieux de la souscrire si votre prêt s’étale sur une longue durée. Il faut alors répondre à certains critères d’emploi : être salarié en contrat à durée indéterminée depuis une période minimale en général de 6 mois chez un même employeur, et avoir droit aux prestations du Pôle Emploi en cas de cessation forcée d’activité.Les degrés et modalités de prise en charge sont très variables selon les contrats ; certains prennent en charge tout ou partie de votre mensualité pendant une durée qui peut aller de 1 à 2 ans. D’autres ne vous offrent que la possibilité de suspendre les mensualités pendant la période de chômage, et d’en reporter le règlement en fin de prêt.Cette 2ème formule est bien sûr moins coûteuse que la 1ère, mais les mensualités restent à votre charge. Enfin, vérifiez que cette assurance pourra jouer autant de fois que nécessaire au cours de la vie du prêt.

Nous vous conseillons : Tous les contrats d’assurance chômage ont un point commun : ils sont particulièrement coûteux. A vous donc de bien comparer la qualité des prestations offertes, et si possible d’évaluer votre risque potentiel de chômage eu égard à votre activité professionnelle et à la durée que vous choisirez. Par ailleurs certains établissements proposent d’autres types d’assurances pour votre projet immobilier.

L’assurance revente

Cette assurance couvre le risque d’une moins value lors de la revente de votre bien. Elle concerne en général uniquement la résidence principale et joue sur une durée limitée après l’acquisition. Elle est limitée en montant et en pourcentage du prix d’achat et ne joue que si la vente du bien est provoquée par certains événements bien définis (décès, divorce, licenciement…).

L’assurance loyers impayés

Cette assurance concerne les investisseurs et leur permet de couvrir le non paiement des loyers, si leur gestion est confiée à un professionnel, sur une durée limitée toutefois et en général avec une franchise. L’assurance peut également couvrir les frais de contentieux relatifs à la procédure engagée contre le locataire.

Vous avez donc toutes les cartes en main afin de pouvoir vous assurer si vous avez le projet de prendre un crédit immobilier : les assurances sont là pour vous protéger et vous garantir en cas de pépins.