Le salaire, primes et avantages financiers à négocier à l’embauche

11/01/2012

Les sociétés mettent à la disposition de leurs salariés différents avantages monétaires annexes à la rémunération brute initiale : il faut le savoir et il faut bien les connaître si l’on souhaite négocier au mieux des termes de son accord d’engagement avec sa future société, dans le but évidemment de capitaliser de l’argent et de gagner de l’argent en plus.

Quels sont les avantages que vous pouvez négocier à l’embauche ?

Ces appâts ne sont pas toujours des moyens d’emprisonner des cadres supérieurs qui ont la bougeotte comme on pourrait le penser mais ils leurs permettent de gagner plus d’argent et de se sentir riches et privilégiés au sein d’une entreprise alors pourquoi voudraient-ils quitter l’entreprise ? C’est un moyen aussi de les fidéliser.

Au salaire de départ, il convient d’ajouter des primes d’objectifs, un bonus de fin d’année, des primes d’intéressement aux résultats (ou au chiffre d’affaires, ou à la marge brute), des indemnités de fin de carrière ou de départ – quelle qu’en soit la raison. Les grands groupes ayant souvent une activité purement financière basée sur investissement des flux dégagés par elle-même et par les opérations d’investissement ou de désengagement, les profits pouvant ainsi être autofécondés, le plus intéressant consisterait à négocier un intéressement aux résultats et un bonus sur les opérations particulièrement prestigieuses et exceptionnelles, en général réalisées dans l’année. Ce peut être par exemple une fusion-absorption de société, ou encore la revente par appartements d’actifs, ou un désinvestissement dégageant des plus-values importantes non récurrentes. Le bonus sur de telles opérations permet ainsi, parfois, de doubler, voire de tripler son salaire l’année où elles ont lieu, mais il faut alors y avoir participé. Il s’agit là d’accessoires classiques, mais il en existe d autres, assez nouveaux en France, qui, cependant, sont plutôt réservés aux cadres dirigeants de groupes internationaux qu’aux collaborateurs de petites et moyennes entreprises. Ils ne vous seront donc vraisemblablement pas proposés spontanément, mais rien ne vous empêche, surtout si vous avez été « chassé », de les solliciter au moment de la négociation.

Les Primes auxquelles vous pouvez prétendre

La prime de bienvenue

Vous pouvez tout d’abord espérer une prime de bienvenue. Appelée aussi golden hello (la majorité des produits d’appel à l’embauche sont issus de l’imagination des entrepreneurs anglo-saxons…), cette somme forfaitaire, qui dépasse dans certains cas les 1000 euros, vous est versée une fois pour toutes, simplement parce que vous intégrez l’entreprise.

La Prime de Rideaux ou prime de rideau

En outre, une « prime de rideau » peut vous être proposée, qui est offerte au nouveau venu que l’on délocalise et qui, par là même, se retrouve séparé de sa famille. La « prime de rideau » est encore peu pratiquée en France, mais le golden hello commence à nous arriver.

La prime de départ ou le parachute doré

Moins original, mais plus célèbre, reste le « parachute en or » (golden parachute), qui prévoit le versement d’une somme forfaitaire au collaborateur dont la société aura décidé de se séparer.

Bonus de fidélité

Enfin, pour éviter une trop grande instabilité de cadres très spécialisés dans une niche d’activité, les sociétés offrent également un bonus de fidélité (stay bonus) au collaborateur en formation, donc non encore engagé définitivement, s’il accepte de rester au moins deux ans dans l entreprise.

Travailler à l’étranger peut rapporter gros, très gros

Un excellent moyen de se constituer un capital et de créer un patrimoine en tant que salarié est de souscrire un contrat d’expatriation. Si vous acceptez de travailler à l’étranger pour un grand groupe international implanté dans plusieurs pays du monde et notamment dans les pays dits émergents, vous recevrez une rémunération élevée, ainsi que des primes d’expatriation en grande partie défiscalisées. Vous bénéficierez par ailleurs de frais de résidence entièrement pris en charge par le siège, l’ensemble devrait vous permettre d’épargner suffisamment pour être en mesure d’investir en France…  A titre d’exemple, un cadre supérieur de l’agroalimentaire qui a fait toute sa carrière dans les pays de l’Asie du Sud-Est. Cet homme est directeur de grands supermarchés et, à fonctions égales, son salaire est pratiquement le double de celui qu’il percevrait en France. De plus, tous ses frais sont payés : sa résidence, ses employés de maison, sa voiture, ses frais de représentation. Il est pratiquement en mesure, quand il revient en France, d’acquérir un actif immobilier tous les deux ans.


Fatal error: Call to undefined function wp_related_posts() in /web/prestamocredito/www/moncreditfacile/wp-content/themes/SEOAdMax/single.php on line 37