La vente à réméré, aide aux propriétaires endettés

22/08/2011

Vous avez besoin d’argent et cherchez une solution à votre problème d’argent

Vous êtes dans une situation financière délicate suite à une perte d’emploi, une accumulation insurmontable de dettes, un fichage à la Banque de France et le bien immobilier que vous avez eu tant de mal à acheter se trouve menacé d’une hypothèque judiciaire ?

Alors il existe une solution reconnue dont on parle très rarement, il s’agit de ce qu’on appelle la vente à réméré : cette solution est souvent sollicitée par les uns et les autres qui font l’objet d’un surendettement. En ayant recours à la vente à réméré, vous protégerez ainsi votre patrimoine immobilier et par la même votre famille
Qu’est-ce que la vente à réméré ?
Une offre de vente à réméré se monte de façons très simple et ressemble à une vente classique d’une maison ou d’une appartement, avec la réserve de la faculté de réméré. Une fois la vente réalisé, le notaire pourra alors régler de suite l’ensemble des dettes et permettre à la situation financière de revenir saine.

Le vendeur qui participe à cette offre demeure occupant de la maison, de l’appartement. Ce qu’il faut savoir c’est qu’un contrat d’occupation sera signé (ce contrat est associé à une offre de rachat à prix déterminé). L’acte de rachat  du bien immobilier intervient sous 2 à 3 ans, le temps nécessaire à l’amélioration de la situation financière et à l’établissement du nouveau contrat de prêt immobilier pour racheter le bien ?

A qui s’adresse la vente à réméré ?

La vente à réméré apparait alors comme une solution toute adaptée à la nécessité de personnes qui sont dans de délicates situation : problème d’argent, fichage à la Banque de France, période de chômage, endettées…  Elle permet pour ces personnes d’épargner le bien immobilier d’une vente aux enchères qui finit toujours par arriver à un moment ou un autre.
La vente à réméré repose sur l’article 1659 (et ceux qui suivent) du Code Civil : « La faculté de rachat ou de réméré est un pacte par lequel le vendeur se réserve de reprendre la chose vendue, moyennant la restitution du prix principal» et le paiement des frais.